Bref historique

 

La construction du fichier BALSAC a débuté en 1972 à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), à l’initiative du professeur Gérard Bouchard. La première réalisation d’importance fut la reconstitution de la population du Saguenay-Lac St-Jean à partir des 660 000 actes de baptême, de mariage et de sépulture de l’état civil sur la période 1838-1971.

Le fichier BALSAC a progressivement été étendu à toutes les régions du Québec par l’intégration et le jumelage de l’ensemble des actes de mariage, depuis les débuts de la Nouvelle-France au 17e siècle, jusqu’aux années récentes.  Le nom « BALSAC » provient d’ailleurs des lettres initiales des premières régions et sous-régions visées par l’opération. Aujourd’hui, BALSAC contient un total de 3 millions d’actes se rapportant à près de 5 millions d’individus et couvrant près de quatre siècles d’histoire.

Le fichier BALSAC est possédé par l’UQAC, l’Université Laval, l’Université McGill et l’Université de Montréal qui en sont conjointement responsables. En vertu d’une convention établie par ces quatre établissements, c’est l’UQAC qui se voit chargée de la gestion de BALSAC y compris tout ce qui relève de la protection  des renseignements personnels et de l’accès aux données. C’est elle également qui supporte la plus grande partie des coûts de fonctionnement et d’infrastructure.

La structure institutionnelle encadrant le développement et l’exploitation du fichier BALSAC a évolué au cours des années.

  • L’année 1976 a vu la création à l’UQAC du Groupe de recherche SOREP (Société de recherches sur les populations).
  • En 1982, SOREP devient un groupe de recherches interuniversitaire, appuyé sur une entente de collaboration entre l’UQAC, l’Université Laval et l’Université McGill.
  • En 1988, l’Université de Montréal se joint à SOREP par le biais d’une entente de collaboration avec son Centre de recherche en droit public.
  • À partir de 1994, SOREP devient l’IREP (Institut interuniversitaire de recherche sur les populations) auquel s’intègrent l’Université de Sherbrooke, l’Université Concordia puis, en 1996, l’Université du Québec à Montréal.
  • En 1998, Gérard Bouchard quitte la direction de l’IREP. Il conserve toutefois la direction du Projet BALSAC .

La direction du Projet BALSAC est assurée depuis septembre 2010 par Hélène Vézina, professeure au département des sciences humaines à l’Université du Québec à Chicoutimi.