Saviez-vous que certains ancêtres apparaissent dans presque toutes les généalogies québécoises?

Certains ancêtres ont une descendance tellement grande qu’ils se retrouvent dans la généalogie de presque tous les Québécois.

Pour le démontrer, nous avons reconstitué la généalogie de 25 757 couples mariés au Québec entre 1925 et 1948. Près de 600 000 ancêtres, répartis sur 16 générations, ont été retrouvés en consultant les actes de mariage contenus dans le fichier BALSAC. Pour chacun des ancêtres, nous avons calculé l’indice de recouvrement.

L’indice de recouvrement
est calculé sur un ensemble de généalogies.
Il  indique la proportion des généalogies
dans lesquelles un ancêtre apparait.

Parmi les ancêtres mariés en Nouvelle-France au début du 17e siècle, celle qui détient le record du plus grand indice de recouvrement est HÉLÈNE DESPORTES qui apparaît dans 76,1% des généalogies. Fille de PIERRE DESPORTES et de FRANÇOISE LANGLOIS, elle naît en Nouvelle-France vers 1620. Elle se marie d’abord, le 1ier octobre 1634, avec GUILLAUME HÉBERT avec qui elle a trois enfants et en secondes noces, le 9 janvier 1640, avec NOEL MORIN avec qui elle a  douze autres enfants[1].

Les 25 femmes mariées en Nouvelle-France
ayant le plus fort indice de recouvrement

top 25 ancêtres féminins_1

Les 25 hommes mariés en Nouvelle-France
ayant le plus fort indice de recouvrement

top 25 ancêtres masculins_1

 Source des données : Fichier BALSAC, généalogies de 25 757 couples mariés entre 1925 et 1948.

RECORD


[1] Source : Registre de la population du Québec ancien, http://www.prdh.umontreal.ca/RPQA/
Image à la une: Acte de mariage de Hélène Desportes et de Guillaume Hébert, Source: Institut Drouin, http://institutdrouin.com/